jeudi 21 juillet 2016

Certaines choses changent, d'autres, non!

J'ai fait mon tout premier voyage en Europe il y a onze ans. À ce moment, nous voyagions en train, nous faisions les réservations d'hôtel par téléphone dans des cabines téléphoniques, car très peu d'hôtels avaient un site Internet, et encore moins un système de réservation en ligne. Nous n'avions pas d'itinéraire précis; nous savions seulement que nous voulions terminer notre périple à Venise. Au fil de notre parcours, nous avons abouti à Cassis. Nous étions quatre et nous avions réservé un lit dans un hôtel de jeunesse en montagne situé à une heure et demie de marche de la gare. Mon sac à dos était trop lourd, nous passions seulement une nuit à cet endroit, il était déjà passé 16h00. Une fille du groupe m'a convaincue de laisser tomber l'auberge pour prendre une chambre avec elle directement dans le village en bord de mer. Nous ne l'avons pas regretté...

Nous n'avions aucune idée de ce que ce petit village avait à offrir. Nous avons donc opté pour ce que l'employé de l'hôtel nous a conseillé, c'est à dire une petite croisière pour visiter l'attraction de l'endroit: les calanques. Les calanques sont de majestueuses falaises de calcaire blanc bordant la Méditerranée. Elles s'avancent dans l'eau et forment de petites anses étroites baignées par des eaux turquoises. C'est d'une splendeur remarquable qui m'a laissée sans voix. Tandis que je suis de passage au Québec (vive les vacances d'été!), je suis retombée sur mes photos de 2005.

Je me souviens d'avoir été franchement impressionnée par ces kayakistes!


Ma face de bébé dans les calanques!

J'ai longtemps repensé aux calanques, en espérant, un jour, y retourner. C'est maintenant chose faite. En effet, en mai dernier, Francis et moi y sommes allés. Nous avions cette fois une voiture et nous avons loué un appartement sur Airbnb à travers l'application sur téléphone. C'est fou, à quel point les moyens de communications ont changé en si peu de temps, n'est-ce pas?

Je dois admettre que je craignais que mes souvenirs aient été embellis par les années qui avaient passé, de même que par mon ingénuité de l'époque. Heureusement, tout était aussi beau que ce que j'avais gardé en mémoire. C'est avec un immense bonheur que j'ai revisité ces lieux qui m'avaient tant imprégnée et cette fois-ci, avec mon homme.




Ma face de grand bébé dans les calanques!


J'ai changé, les moyens de communications ont changé, mes les calanques, elles, sont restées les mêmes.

**
Josée: Je te remercie encore d'avoir eu cette idée de génie! Ce billet t'est dédié. On s'aime! ;) XOX







jeudi 7 juillet 2016

Vive la laine!

Une petite histoire pour vous faire sourire.

Dimanche dernier, nous sommes allés en montagne pour une longue, longue randonnée. Plusieurs kilomètres à pied, ça use les souliers, comme dit la chanson. Francis l'a appris à ses dépens...

Aux trois quarts de notre promenade, la semelle de la botte de mon homme pendouillait bêtement et rendait sa marche plutôt inconfortable. Heureusement, comme une vraie tricoteuse hors pair, j'avais apporté mon tricot et ma laine est venue à la rescousse!







Francis a ainsi pu terminer la randonnée (je ne sais pas ce que nous aurions fait, sinon!). La réparation a tenue jusqu'à ce qu'on arrive au train. Distance totale parcourue: 19,6km.

Merci à Fabienne pour avoir immortalisé le rafistolage!

Photo prise du sommet du Wildspitz
***
Pour plus d'information sur la randonnée que nous avons faite (ajoutez 5 km, car on a loupé la flèche pointant vers la descente rapide).

Le Wildspitz sur Google Maps