mardi 24 mai 2016

Formation continue

J'ai joint, l'automne dernier, l'Association des calligraphes suisses. Je souhaitais rencontrer d'autres espèces de ma sorte...

J'en ai trouvé et j'ai également trouvé des ateliers pour approfondir ma pratique. J'ai pris part, dans les deux derniers mois, à deux fin de semaines de calligraphie fort intéressantes.

La première a eu lieu en mars, avec la calligraphe Sigrid Artmann. Cette artiste allemande vit à Ludwigsburg, tout près de Stuttgart. Son style est très expressif, voire explosif; complètement à l'opposé de ce que je fais en calligraphie.

L'artiste présente son portfolio
Elle nous a lentement guidé à travers son univers et nous avons, nous aussi, expérimenté le lâcher-prise sur nos canevas.

Après la première session de travail

Nous travaillions sur un grand carton que nous découpions en trois par la suite
Après chacune des sessions de travail, nous faisions un retour en grand groupe pour discuter de nos réalisations. Dès la première soirée, j'ai pu constater que j'avais un penchant particulier pour les couleurs vives. Disons que mes fonds tranchaient du reste du groupe!

Rose, lilas... l'enfant en moi qui s'exprime?

De René Char
Ma plus grande découverte, lors de cette fin de semaine, fut la plume pliée. Cette dernière, comme son nom l'indique, est fabriquée en repliant un morceau de métal sur lui-même. L'encre se loge dans le pli. Son bout est biseauté et on écrit en la tenant à un angle de 45 degrés. Les traits produits sont inégaux. On est bien loin du contrôle demandé pour la calligraphie anglaise, le style que je pratique! Cette plume se prête particulièrement bien à une écriture tout en majuscules, que j'ai intégrée aux oeuvres subséquentes que j'ai produites pendant le weekend.

Série d'exercices où on ne devait qu'exécuter un seul mouvement, puis un deuxième, plus petit. À la plume pliée, car c'est trop génial, la plume pliée!

Celle-ci, je l'ai encadrée. :)
Une fois à la maison, je me suis complètement éclatée en écrivant à la plume pliée toutes les paroles de l'Escalier, de Paul Piché. Le résultat m'a plu, alors l'oeuvre trône maintenant dans mon salon.


J'ai ensuite suivi, le mois dernier, une formation en calligraphie donnée par Hanna Biedermann. L'atelier avait lieu dans un monastère. L'endroit était propice au recueillement, mais aussi à la créativité.

Long couloir lumineux qui mène au paradis à une chapelle

La porte du paradis de la chapelle. Désolée, il y avait des pèlerins dans la chapelle. Je n'ai pas pu prendre de photos!

Artistes à l'oeuvre!
J'ai vu, lors de ces deux formations, comment créer de bons fonds par une superposition de différents médiums, qui peuvent ensuite recevoir la calligraphie. Je trouve absolument génial d'avoir tout ce temps ininterrompu pour expérimenter à ma guise. Cela m'a permis de créer des pièces qui, normalement, n'auraient pas vu le jour. Voici d'ailleurs mon ouvrage préféré de la fin de semaine, qui s'est lui aussi retrouvé encadré.

Ariane, ta voix si douce à mes oreilles! Comme le refrain, on peut lire la pièce dans tous les sens!
Ces deux formations ont eu certes une influence sur ma pratique. Je suis encore en train de digérer toutes ces nouvelles techniques et je suis enjouée de voir comment je les intégrerai à mon futur travail. Par ailleurs, ces fins de semaine ont également eu des répercussions positives sur mon allemand, car elles étaient entièrement et uniquement dans cette langue! Ouf! Mon cerveau sentait le chauffé, à la fin! Blague à part, ce fut extrêmement formateur.

Je vous laisse avec une petite comparaison entre la plume pointue et pliée, histoire de voir le contraste entre les deux styles d'écriture.


Bonne journée!






1 commentaire:

  1. L oeuvre sur ton mur me rapelle une certaine soirée bien arrosée au chalet durant notre enfance!!!! Je l ai même sur vidéo ! ! Isaxxx

    RépondreSupprimer