dimanche 29 mars 2015

Petit guide d'achat des vins

La semaine dernière avait lieu, à Zürich, Expovina primavera, la grande foire des vins. C'est là où Francis et moi goûtons et commandons notre vin pour la prochaine année. Cela sonne très huppé, je vous l'accorde! Laissez-moi vous raconter cette nouvelle pratique d'achat des vins que nous avons intégrée dans notre vie ici.


Il est possible d'acheter, en Suisse, des bouteilles de vin à l'unité à l'épicerie, comme c'est le cas au Québec. Cependant, il n'y a pas de «Société des alcools.» Il y a plutôt des boutiques indépendantes, qui offrent une sélection de vins de divers pays ou bien d'un seul. Par exemple, on trouve, à Horgen, un importateur de vins italiens, avec qui on fait affaire depuis que nous sommes arrivés.



La première fois où nous sommes allés à la foire, des amis nous avaient offerts leurs billets et nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Nous avons choisi un exposant au hasard (l'importateur de vins italiens, justement) et nous avons parlé de choses et d'autres avec lui en dégustant ses vins. Nous avons arrêté notre choix sur une ou deux bouteilles et souhaitions alors procéder à l'achat. Nous croyions que nous allions repartir avec nos bouteilles sous le bras, mais nous faisions erreur. Le minimum de bouteilles étant de six, tout ce que nous avions à faire était de remplir le bon de commande avec notre nom et notre adresse, eux s'occupaient de livrer la marchandise et de nous envoyer la facture. Ah ha! Il facile de se monter une facture bien généreuse, si on laisse aller!

Je commande du blanc!
L'avantage de cette foire est qu'on peut prendre notre temps pour goûter, comparer et discuter avec les vendeurs. Ces derniers peuvent être des importateurs privés, des producteurs viticoles ou bien des représentants de leur vignoble. Tous sont passionnés par leur produits et cherchent réellement à cerner les goûts de leurs clients pour leur vendre un produit qui leur plaira vraiment. Dans notre cas, cela fonctionne: nous sommes devenus des clients fidèles de quelques vendeurs et vignerons chez qui nous retournons, année après année. Cela fait grand changement du préposé qui nous confirme que tel vin se marie bien aussi bien à un rôti de palette qu'à des crevettes!


L'autre avantage est que les sacs d'épicerie sont bien plus légers! Finalement, lors de soupers, nous n'avons pas à nous casser la tête. Il n'y a qu'à descendre qu'au sous-sol choisir une bouteille de bon vin qui saura nous plaire assurément!

Chin Chin!

**

Cet article du Journal de Montréal nous en apprend davantage sur la qualité (ou la moindre qualité!) de certains vins vendus à la SAQ. Ouf.

Sur une note plus joyeuse, pour en savoir davantage sur les vins suisses, je vous invite à lire ce résumé tiré de l'émission «Bien dans son assiette» de la radio de Radio-Canada (merci, Joane!). Vous pouvez également écouter le reportage en suivant l'audio fil.

Zürich est tellement chic, le soir, après l'Expovina primavera!






2 commentaires:

  1. Ohh! On va devoir faire attention a la SAQ cet ete!

    En passant, c'etait le Salon des Vins recemment: http://salondesvinsdequebec.com/

    --Francis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, il faudra être vigilants! http://www.saq.com/content/SAQ/fr.html

      Supprimer